Bienvenue dans ton sanctuaire où tout est possible

 

Le livre-dragon 2

Tu aperçois à ce moment-là un nuage différent de tous les autres près du soleil.

C'est un nuage rosé, rouge par endroits, qui a plus ou moins la forme d'un cœur. Sans l'ombre d'un doute, tu sais que c'est là que tu dois aller.

Elvina a sûrement lu dans tes pensées parce qu'elle te murmure avec détermination :

– Fonce.

Tu respires un grand coup et t'élances vaillamment vers le nuage. Il est temps de suivre ton cœur. Tu verras bien où ça te mènera.

Tandis que tu passes à travers le nuage, le soleil t'éblouit et tu fermes les yeux malgré toi.

Lorsque tu peux enfin les ouvrir, tu découvres que tout a changé. Tout. Et… tu as retrouvé ton apparence humaine. Comme ça fait du bien de pouvoir se remettre debout !

Autour de toi, tout est fait de nuages. Un peu plus loin, trône une table avec des chaises en nuage. Il y a même une bibliothèque ainsi qu'une commode en nuage. Toutes sortes de meubles, si tu regardes bien. Tu es dans une maison à ciel ouvert faite en nuage ! C'est d'une grande originalité, comme tu peux le constater. Oui, c'est sûr, ça doit être sympa d'y vivre. Enfin, pour quelque temps ; je pense que le terrien que tu es s'en lasserait vite.

Un doux chant angélique s'élève durant quelques instants et une épaisse brume blanche commence à prendre une forme étrange devant toi… une forme humaine. Petit à petit, cette forme s'imprègne de couleurs et devient un jeune homme vêtu d'un imposant manteau.

Tu n'as pas besoin de lui demander qui il est. C'est comme si une part de toi le reconnaissait.

Tout ton être entend son nom vibrer, ce nom familier qui semble venir de l'intérieur de toi :

– Tu es Merlin l'enchanteur.

Le sourire du jeune homme est chaleureux et bienveillant.

– Bonjour, ...el, te dit-il à ta grande surprise en marmonnant quelque chose que tu ne comprends pas. C'est le nom que tu as dans ce monde.

– Heu… pouvez-vous répéter ?

– Ton nom magique se termine par « el ». Tu ne peux pas entendre le début qui échappe à ton entendement d'humain, mais si tu te concentres, tu devrais être capable d'entendre tout au fond de toi ton nom. Vas-y.

Concentre-toi donc comme te l'a demandé le magicien. Tu devrais être capable d'entendre une petite voix dans ta tête qui murmure un nom se terminant par « el ». Tu sentiras que ce nom est le tien, il te sera familier et tu l'aimeras. N'hésite plus une fois que tu penses l'avoir trouvé, c'est bien lui.

Lorsque c'est fait, Merlin applaudit brièvement :

– Félicitations, ...el ! Tu connais à présent ton nom de l'autre monde.

Puis il te tend la main pour t'amener près d'une table basse en nuage, sur laquelle se trouve un… un livre extraordinaire ! Sûrement le seul véritable objet dans ce monde de nuage.

Non seulement il est énorme, mais en plus sa couverture ressemble à une peau d'animal très épaisse et marbrée, dorée par endroits. Il doit avoir des milliers de pages ! Au centre de la couverture est incrustée une pierre précieuse aux mille reflets étonnants qui contient probablement toutes les couleurs de l'arc-en-ciel.

– Plonge dans son œil, t'ordonne Merlin d'une voix douce mais ferme.

Tu ne saisis pas bien ce qu'il faut que tu fasses, alors tu observes calmement cette mystérieuse pierre précieuse dans l'attente que quelque chose se produise.

C'est alors que dans le miroir de la pierre, tu vois distinctement une créature apparaître. Une espèce d'animal couleur de feu… oui, c'est un dragon !

Tu clignes des paupières et la vision disparaît, la pierre précieuse retrouvant ses innombrables reflets et couleurs.

– Tu l'as vu, souffle le magicien.

– Mais qui donc ?

– L'être du grimoire qui est sous tes yeux. Tu sais, ...el, les livres ont une âme. Et l'âme de mon livre de magie est un dragon.

Merlin fait un silence pour te laisser le temps de digérer ses paroles, puis poursuit :

– Ce dragon s'appelle Grimorya et il a une mission : protéger les formules magiques qu'il contient. Vois-tu, peu d'êtres sont prêts à recevoir de telles connaissances. Certains pourraient les utiliser à mauvais escient ; or, elles doivent servir le Bien Suprême et seulement lui. Ce n'est que de cette façon que l'équilibre des mondes sera préservé. Si ta requête part d'une intention absolument pure, tu ne crains rien et elle sera exaucée.

– Et… dans le cas contraire ? l'interroges-tu en avalant ta salive, à peine anxieux.

Merlin pose une main sur ton épaule :

– Seul Grimorya décidera de ce qu'il veut faire de toi. Sache simplement que sa décision est toujours juste et qu'il ne te donnera que ce que tu mérites.

L'enchanteur marmonne dans sa barbe :

– Il est vrai que je l'ai déjà vu dévorer quelques créatures mal intentionnées… sans même avoir le temps de dire « ouf ». Mais si je ne me trompe pas, ...el, tu es un humain courageux. Aie confiance en toi-même, en la bonté de ton être ; elle seule te sauvera. Prends le risque.

Tu serais plus rassuré si Dumbou et Elvina étaient là, mais ils ont disparu au moment où tu as traversé le nuage en forme de cœur. À peine songes-tu cela qu'un petit lutin vêtu de rouge apparaît près de ton pied, s'agrippant à ta jambe ; tandis qu'une petite fée rosée à la chevelure blanche surgit près de ta tête et te fait un clin d’œil.

– Il te suffit de nous appeler en pensée et nous sommes là ! lance-t-elle fièrement.

– Merci, mes amis ! Dites-moi… pensez-vous que je suis bon ?

Dumbou éclate de rire comme si la réponse était évidente :

– Mais bien sûr, sinon les Esprits de la forêt de Méliande ne t'auraient jamais laissé ouvrir ce livre qui contient tous leurs secrets et que tu lis en ce moment-même, je te signale !

– Pourtant, vous savez, insistes-tu, mes intentions ne sont pas toujours pures. Il m'arrive parfois d'être égoïste, j'ai même souvent fait des choses dont je ne suis pas fier…

Mais Elvina t'interrompt en posant un doigt sur ta bouche :

– Mais tu es un humain, c'est normal ! Ne sois pas trop sévère avec toi, tu évolues chaque jour. C'est comme ça que marchent les êtres humains. Ce qui compte, c'est ce qu'il y a en toi. Tu sais, tout au fond de toi. C'est comme une lumière très puissante qui est toujours là. Lorsque tu es heureux ou que tu rends quelqu'un heureux, cette lumière brille de plus en plus fort.

– Mais… quelle est cette lumière ?

– Ton âme, bien sûr ! rétorque le lutin. C'est ton « vrai » toi.

Bon, les paroles de tes compagnons t'ont redonné confiance. Tu ressens au fond de toi cette lumière qui est bien là, une lumière pleine de… de joie et d'amour, quelque chose comme ça en tout cas. Cette lumière qui est ce que tu es vraiment.

Tu n'as pas à avoir peur, tout ne peut que bien se passer, une force de bonté suprême règne en toi et elle est bien réelle même si tu ne peux pas la voir ! Le dragon, lui, la verra forcément. Il ne te reste plus qu'à avoir confiance en Grimorya aussi, évidemment…

Tu respires donc un grand coup, ramassant ton courage à deux mains.

– Je suis prêt à rencontrer le dragon du grimoire, dis-tu à Merlin qui ne t'a pas quitté des yeux durant tout ce temps.

Le magicien sourit et… il fait une chose très bizarre.

Il te donne une tape dans le dos et là, tu te sens tomber… tomber… dans la pierre précieuse.

Comment as-tu fait pour tomber dedans, es-tu donc devenu tout petit ? Tu l'ignores, mais tu te retrouves à présent dans une mer aux couleurs chatoyantes comme celles de la pierre du livre.

Une mer multicolore qui s'étend à perte de vue, avec au-dessus de toi, le ciel et ses deux soleils.

Un jeune individu coiffé de branchages et de feuilles surgit de l'eau à tes côtés : tu n'arrives pas à voir si c'est un garçon ou une fille.

– Tiens ! te dit-il en te lançant un objet, ça pourrait t'aider !

Tu voudrais le remercier mais il a déjà disparu. Tu observes l'étrange objet : une espèce de baguette magique très brillante qui se termine par une petite courbe.

C'est alors qu'un tout petit animal vole doucement vers toi. Mais… c'est un minuscule dragon couleur de flamme !

Émerveillé, tu tends la main et il se pose sur ta paume. Il a des yeux bleus doux et brillants ; il n'a pas du tout l'air effrayant, contrairement à ce que tu pensais.

– Est-ce que… tu es Grimorya ? lui demandes-tu.

– Oui, et toi tu es ...el. Je t'ai déjà observé en secret dans ton monde. Je ne voulais pas me présenter à toi dans mon apparence de dragon terrifiant. Tu sais, je mesure en vérité plus de dix mètres de haut, sans parler de mes sept mètres de large ! Je ne sais pas si tu arrives à l'imaginer, mais je suis gigantesque ! Je crache un feu encore plus brûlant que celui que vous avez sur Terre. Mais… je ne peux faire de mal à un être comme toi. Les Esprits de la forêt t'ont choisi pour te révéler les plus précieuses connaissances de leur monde ! Tu as bien plus de valeur que tu ne le crois, petit humain.

Abasourdi, tu ne trouves rien à dire. Le dragon reprend :

– Je ne peux te donner qu'une formule magique et c'est celle que ton cœur demande. Mais tu dois me donner quelque chose en échange, quelque chose de très précieux. Quoi que ce soit, sache cependant que rien n'aura plus de valeur que la formule que je te révélerai.

Quelque chose de très précieux ? Mais… tu n'as rien à offrir. Mis à part cette curieuse baguette brillante que l'intrus coiffé de branchages t'a donnée… Cela t'attristerait de l'offrir à Grimorya. Tu ne sais pas à quoi elle sert, mais elle est peut-être dotée de pouvoirs magiques très puissants… En tout cas, il s'agit sans le moindre doute d'un objet rare…

Le dragon perçoit ton hésitation :

– Celui qui t'a offert cette baguette l'a fait pour te permettre de bénéficier de la formule magique qui te revient. Ce n'est qu'un objet. Ce que je te propose, c'est une connaissance qui pourrait transformer ta vie. Vois-tu, ...el, bien souvent, un savoir est infiniment plus précieux que mille objets de valeur. Un objet finit toujours dans un endroit poussiéreux, dans l'oubli le plus total ! Mais une connaissance peut métamorphoser ton destin pour toujours.

Tu es perdu. Tu ne sais pas trop quoi faire. Tu as besoin d'un allié.

 
 



Créer un site
Créer un site